Le ballet des licences et partenariats.

Le ballet des licences et partenariats.

Il y a du mouvement dans la boutique et… ben il était temps de vous en parler !
Alors c’est parti pour un petit tour d’horizon de ce qui va changer.

Nous ne distribuons plus la marque Calizzia !

Jusqu’à présent dans la section “partenaires” du site, vous pouviez trouver des broderies de Calizzia.

Ces produits étaient proposés sous contrat de licence (cession de droits), avec une redevance de 85% (initialement 89%, que nous avons revue à la baisse parce que sinon ça ne couvrait pas la cotisation urssaf qu’on payait dessus ^^”) et le contrat a été rompu d’un commun accord puisque nous ne souhaitions plus travailler avec Calizzia (pour des raisons éthiques) et réciproquement.

En conséquence, les produits ont été retirés du site.

Vous pouvez toujours les retrouver directement auprès de Calizzia si vous aimez son style, on est bien sur un arrêt de distribution, elle ne cesse en aucun cas (pas à notre connaissance, en tout cas) son activité.

Mais alors, finies les broderies dans Le Coeur d’Ame ?
Séchez vos larmes, des broderies autres que celles de Calizzia, seront disponibles… bientôt™ grâce à une nouvelle licence doublée d’un partenariat !

Nous accueillons désormais Obsydienn !

Certaines personnes connaissent déjà Obsydienn, une artiste talentueuse dont les œuvres ont notamment été exposées au musée d’art fantastique de Bruxelles; pour les autres, ça va être l’occasion de découvrir un univers singulier.

Obsydienn nous rejoint à la fois en tant que partenaire (vous proposant des illustrations et divers produits artisanaux, notamment au crochet) et en tant que licence, donc nous vous proposerons des produits dérivés de ses œuvres (notamment des broderies).

Dans ce cadre particulier, nous avons décidé de donner un nouveau cadre à nos partenariats : désormais la boutique touche une commission sur ventes de 20% pour pouvoir couvrir ses frais (hébergement et personnel requis) et passé un seuil donné, la moitié de cette commission est versée dans un pot commun pour pallier les difficultés que la boutique ou ses partenaires pourraient rencontrer à l’avenir.

Les redevances pour les licences s’alignent sur le même calcul, Obsydienn touchera donc une indemnité à hauteur de 80% du montant des ventes de ses produits dérivés.

Nous espérons que vous apprécierez cette évolution de la boutique, si vous avez la moindre remarque ou la moindre question, nous sommes à votre écoute, en commentaire, par email, comme cela vous arrange le mieux.

Au plaisir de toujours vous amener à une pelote du bonheur !

Cet article a 4 commentaires

  1. Anonyme

    J’ai eu une mauvaise expérience avec Calizzia. Elle n’est pas professionnelle, se contredit beaucoup. Essaie de renégocier et s’impose beaucoup lors d’échanges. Profite de sa visibilité pour obtenir des choses de plus petits comptes.

    1. Ame

      Je suis navrée de lire ceci. J’ai eu vent d’une vingtaine de personnes ayant eu des soucis similaires de près ou de loin avec Calizzia. J’ai moi-même pu remarquer certaines choses préoccupantes. Nous ne sommes évidemment pas en accord avec ce genre de comportement, et cela a évidemment pesé dans notre choix de stopper toute collaboration.

    2. J’ai été attristée, en tant que partenaire et co-gestionnaire de la boutique qui s’est embêtée à trouver une solution au fait qu’elle n’était pas déclarée (apparemment elle s’est régularisée depuis) pour pouvoir travailler ensemble, par le fait qu’alors qu’on voulait discuter de solution pour toustes gagner en visibilité et donc en chances de vendre, elle se soit braquée et ait pris une posture passive agressive.

      Et j’ai compris que tout cela n’avait été qu’une erreur quand, face à des dénonciations factuelles de ma part (https://twitter.com/JulieAnimithra/status/1569714808685056001), sa réponse a été de me menacer (à grand renfort de “j’ai les moyens et l’argent achète la justice”), de shaming sur mon intérêt spé pour le droit (qui lui posait pas de problème quand il s’agissait de rejoindre la boutique ou de demander à envisager une contrainte d’exclusivité auprès d’un artiste qu’elle sous-payait) ou plus simplement de faire dans le victim bashing (paraît que je suis seule, pauvre, malheureuse quand dans les faits ça renvoie aux violences conjugales dont j’ai été victime).

      Elle s’est précipitée pour dire que de toute façon je devais la rembourser parce qu’elle ne recevrait jamais rien.
      Techniquement, je n’ai pas à la rembourser (en dehors d’une pochette et c’est fait) puisque c’était pas des fonds remis à titre commercial et que la loi prévoit de ne pas rembourser les commandes personnalisées, mais comme contrairement à son accusation d’indécence, moi j’ai une conscience professionnelle, non seulement je la rembourserai mais en plus elle aura ses produits puisque ils ont été craft pour elle.

      Et comme ça elle pourra se réjouir publiquement d’avoir profité de la vulnérabilité d’une personne et de son empathie (des jours de boulot pas payés, entrecoupés d’allusions à ses tendances suicidaires quand elle spam pas pour presser le pas et finalement en remboursant les matières premières consommées pour elle alors que j’essaie de survivre à une situation de violence, gros respect).

      Bref, marrant d’avoir une source de droit fiable qui aurait tout un dossier contre moi (oui c’était de l’intimidation, faut lire le 434-5) qui est incapable de préciser que non, la diffamation ne nécessite pas de nommer, seulement de pouvoir identifier.

      Dans tous les cas, cette page est fort heureusement tournée et c’est tant mieux, parce que nos valeurs ici sont la douceur, l’inclusivité et l’empathie et visiblement elle n’est pas adepte de tout cela.
      C’est juste dommage qu’il ait fallu voler tant d’énergie à des adelphes pour qu’on le réalise.
      Mais c’est une bonne piqûre de rappel, notamment du fait qu’être adelphe n’est pas une garantie de bonne foi, surtout quand ça revient ensuite comme un token d’immunité.

      Et puis ça a fait du tri avec les personnes qui se sont permises de contribuer à la diffamation et au dénigrement de certaines personnes sans prendre le temps de consulter les autres parties dans l’affaire.

  2. Anonyme

    J’ai découvert cette artiste via cet ex-partenariat, j’aimais bien ses broderies notamment.
    Plusieurs fois, par MP, souvent après que j’ai partagé ses posts, elle me demandait si je ne pouvais pas lui acheter quelque chose. Je n’ai pas particulièrement apprécié cette façon de me « démarcher ».
    Pour autant, je lui ai quand même commandé quelque chose. Elle m’a aussi sollicitée pour des services qui n’avaient rien à voir avec la broderie ou même avec mon activité, j’ai décliné poliment.
    J’ai vécu aussi une forme de renégociation, chose qui normalement ne se fait pas, surtout quand c’est moi qui commande un produit.
    Dommage en tout cas.

Laisser un commentaire